UFC-Que Choisir Béziers

Energie

Autoconsommation… attention aux arnaques !

Après la vague des arnaques au solaire photovoltaïque intégré (promesses mensongères de production jusqu’à 3 fois supérieures à la réalité et autofinancement), aux éoliennes de pignons (production inférieure à la dépense supplémentaire qu’elles engendrent.), on voit maintenant les éco-delinquants se précipiter sur l’autoconsommation avec ou sans stockage batterie, sans diagnostic préalable d’autoconsommation, sans analyse détaillée de consommation.

L’autoconsommation d’électricité est amenée à jouer un rôle central dans le développement de l’énergie solaire en France.


Le régime juridique de l’autoconsommation en construction depuis 2016, et marqué par la loi du 24 février 2017 n°2017-227 permet à des particuliers ou des entreprises de consommer l’électricité qu’ils produisent, plutôt que de l’injecter dans le réseau pour le vendre à l’acheteur légal ou à un acheteur sur le marché.

De nombreuses sociétés ont saisi cette nouvelle opportunité, parfois de façon malhonnête. Les éco-délinquants sont des entreprises qui démarchent des particuliers en se faisant passer pour des grandes entités, ou qui utilisent des logos ou certifications pour lesquels ils n’ont pas reçu d’autorisation. La plupart du temps, l’arnaque commence, pour les installations injectant sur le réseau au tarif de soutien, par un démarchage téléphonique ou une visite à domicile, promettant une production d’électricité telle que le produit de sa vente couvrirait le prêt contracté pour l’installation photovoltaïque. En réalité la production promise n’était jamais atteinte, mais les échéances bancaires elles, étaient bien réelles.

Afin d’éviter toute tromperie, il convient d’être vigilant en se renseignant sur la société qui vous démarche. Il convient également de vérifier que les sociétés sont certifiées QualiPV et s’assurer de leur souscription à une assurance responsabilité civile professionnelle et de la garantie décennale.

Surtout, prenez le temps de la réflexion ! Ne rien faire installer avant la fin du délai de rétractation (14 jours à compter de l’acceptation de l’offre préalable).

Obtenez plus de renseignements à travers les divers articles UFC QUE CHOISIR…