UFC-Que Choisir Béziers

High Tech, Téléphonie, téléphonie mobile

Appels frontaliers – La facture peut être salée

Cet été, des vacanciers se sont encore retrouvés à devoir payer des communications internationales après s’être promenés trop près de la frontière. En matière d’appels frontaliers, chaque opérateur a sa politique et les tarifs appliqués peuvent faire le grand écart.

La plage de Sciotot, dans le département de la Manche, est bien jolie. Juste en face, à quelques encablures, on aperçoit même Jersey. L’île anglo-normande est tellement proche qu’il arrive d’ailleurs que les smartphones des habitants et des visiteurs de la côte normande captent son réseau mobile. Jacqueline l’a découvert à ses dépens. Après avoir passé deux jours dans le nord-ouest du Cotentin, elle a reçu une facture de son opérateur Prixtel sur laquelle figurait 46 € de hors forfait correspondant à des SMS et à des connexions Internet passés depuis Jersey. Elle n’y a pourtant pas mis les pieds. Comme elle, d’autres abonnés ont découvert des surfacturations après s’être approchés trop près de Jersey, de Suisse ou d’Andorre, à la frontière espagnole. Et pour cause, ces territoires ne font pas partie de l’Union européenne (UE) (1). Ils ne sont donc pas soumis au règlement sur le roaming en vigueur depuis juin 2017. Du coup, dès qu’un smartphone capte une de leurs antennes, chaque communication est alors facturée au tarif en vigueur dans ce pays, même si son propriétaire se trouve sur le sol français. Or, depuis ces territoires hors UE, les tarifs des communications sont totalement libres. Et ils peuvent atteindre des sommets (c’est le cas également lors de traversées en ferry).

De quelques centimes à 2,20 € la minute

Appels frontaliers La facture peut être salée

Passer un appel vers la France quand son smartphone est connecté à une antenne de Jersey coûte par exemple 0,057 €/minute chez Free Mobile, mais 1 € chez Prixtel, 1,20 € chez La Poste Mobile, 1,40 € chez RégloMobile, l’opérateur des magasins E. Leclerc, et même 2,20 € chez NRJ Mobile ! Envoyer un SMS depuis la même destination coûte de 20 centimes chez Free à 50 centimes chez Prixtel. Et pour se connecter à Internet, il faut payer 0,057 € le mégaoctet chez Free Mobile, mais 14 € chez La Poste Mobile et 15,40 € chez NRJ Mobile. Chez Orange, SFR et Bouygues, toutes ces communications sont décomptées des forfaits.

Et depuis la Suisse, une minute d’appel coûte 0,22 € chez Bouygues et Free Mobile, 0,23 € chez SFR, 1 € chez Prixtel et 1,20 € chez La Poste Mobile. Quant au SMS, il est facturé 0,06 € chez Bouygues et Free, mais 0,66 € chez SFR ! Cette destination est incluse dans les forfaits Orange.

Les abonnés mis devant le fait accompli

Les abonnés à la téléphonie mobile n’ont pas forcément conscience que de tels écarts de tarifs existent. Surtout, la plupart n’imaginent pas qu’ils puissent leur être appliqués alors qu’ils n’ont pas passé physiquement la frontière. Certes, certains opérateurs alertent leurs clients sur ce risque dans leurs conditions générales. Surtout, chaque abonné, dès qu’il se connecte à une antenne étrangère, est censé recevoir un SMS indiquant les tarifs appliqués depuis cette destination. Logiquement, les abonnés qui se trouvent en France y font moins attention, surtout que du hors forfait peut être généré sans même qu’ils utilisent leur téléphone, à cause des mini-connexions que les smartphones effectuent automatiquement pour recevoir les notifications ou effectuer des mises à jour. Il arrive même, dans certains cas, que le SMS envoyé soit erroné. Celui qu’a reçu Jacqueline, par exemple, indiquait que les communications depuis Jersey étaient facturées « aux mêmes tarifs que depuis la France », ce qui n’était pas le cas.

Logiquement, Jacqueline a réclamé à Prixtel le remboursement des sommes incriminées. Après bien des difficultés, elle y est parvenue. La plupart des opérateurs rechignent en effet à rembourser ce genre de facturations intempestives. Pourtant, lorsque leur présence physique sur le territoire français peut être prouvée (le détail des factures permet souvent de la démontrer), ils devraient pouvoir être indemnisés. Mieux vaut donc prendre les devants en paramétrant son téléphone de manière à ce qu’il ne capte que le réseau de son opérateur plutôt que de le laisser se connecter à l’antenne de son choix. Il suffit pour cela de se rendre dans la partie Réseaux mobiles des paramètres du téléphone.

(1) En dépit du Brexit, le Royaume-Uni est toujours considéré par les opérateurs comme faisant partie de l’UE.

Cyril Brosset