UFC-Que Choisir Béziers

Commerce, soldes

Black Friday 2019 Ce ne sera pas mieux qu’en 2018

Black Friday 2019

Ce ne sera pas mieux qu’en 2018

En seulement 5 ans, les commerçants français ont réussi à imposer le Black Friday comme l’un des principaux événements promotionnels de l’année. Mais cette opération commerciale poussée à grands renforts de publicité est-elle vraiment synonyme de bonnes affaires ? Notre étude exclusive des prix pratiqués lors de l’édition 2018 révèle que si des rabais sont au rendez-vous, ils sont loin d’être aussi importants et aussi nombreux que les marchands veulent bien le faire croire.

Black Friday 2019 Ce ne sera pas mieux qu’en 2018

Ce vendredi 29 novembre 2019 a lieu la 6e édition du Black Friday à la française. Et comme l’année dernière, les commerçants espèrent bien profiter de ce jour spécial pour faire chauffer les cartes bleues des Français. Que ce soit grâce à de la publicité, par le biais de mailings ou à coup de SMS, les principales enseignes n’ont pas lésiné sur les moyens pour transformer ce jour banal en un événement synonyme de bonne affaire assurée. Doit-on les croire ? Faut-il vraiment acheter le jour du Black Friday pour être certain de bénéficier du meilleur prix possible ? Pour le savoir, l’Observatoire de la consommation de l’UFC-Que Choisir s’est penché sur les prix de 20 types de produits avant et pendant le Black Friday 2018. Pour chacune de ces catégories, nous avons calculé la part d’articles ayant fait l’objet d’un rabais ainsi que l’ampleur réelle des remises. Nous nous sommes pour cela appuyés sur le prix le plus bas appliqué par le marchand dans les 28 jours précédant l’événement et sur celui affiché le jour du Black Friday, le 23 novembre 2018.

Au final, deux constats s’imposent. Tout d’abord, la part de produits faisant l’objet d’une vraie promotion à l’occasion du Black Friday est faible : seulement 8,3 % des 31 603 produits suivis ont vu leur prix réellement baisser. Ensuite, l’ampleur des ristournes est plus que limitée : tous rabais confondus, les prix n’ont baissé que de 7,5 % en moyenne, soit très loin des 50, 60 voire 70 % de réduction mis en avant par les marchands. Certains types de produits sont néanmoins un peu mieux lotis que d’autres.

 

High-tech : la part belle aux produits les moins en vue

Black Friday high tech2

 

De tous les produits numériques, c’est du côté des tablettes tactiles que l’on avait le plus de chances de faire des affaires lors du Black Friday 2018. 35 % des 1 067 modèles vendus faisaient l’objet d’une promotion. Avec 12 % des références en promotion, les appareils photo arrivaient en deuxième position. À croire que les commerçants cherchaient à booster les ventes de ces produits dont l’attrait tend à se réduire depuis quelques années. Mais les remises réelles pratiquées sur ces deux catégories étaient limitées : 10 % en moyenne pour les tablettes et 5 % pour les appareils photo. Sur les produits plus en vue, tels que les téléviseurs, les smartphones ou les ordinateurs, les rabais étaient plus rares et souvent moins importants. Nous avons néanmoins déniché quelques belles promotions, comme une enceinte nomade à -53 %, un casque audio à moitié prix et une tablette avec 47 % de réduction. Encore fallait-il avoir la chance de tomber dessus.

 

Gros électroménager : une pêche aux bonnes affaires compliquée

Black Friday gros electromenager

 

Les résultats de nos relevés sur les réfrigérateurs ont jeté un froid ! Et pour cause, sur les 7 % de références qui ont vu leur prix baisser à l’occasion du Black Friday 2018, la remise moyenne n’était que de 4 %. Quant à la promotion la plus importante que nous avons repérée, elle plafonnait glorieusement à 30 % ! Sur ce dernier aspect, seuls les sèche-linge faisaient pire : 15 % pour le plus gros rabais. Inutile non plus de s’attendre à des miracles sur les fours. Seuls 5 % faisaient l’objet d’une promotion.

 

Petit électroménager : petite taille, petite promo

Black Friday petit electromenager

 

Sur le petit électroménager non plus les marchands ne sont pas très généreux. Entre 5 et 7 % seulement de ces produits ont vu leurs prix vraiment baisser lors du Black Friday 2018. Mis à part une centrale vapeur à quasiment moitié prix (-46 %), les remises n’ont jamais dépassé les 30 % (entre 26 % et 28 % selon les catégories). Et encore, il ne s’agissait là que de rabais maximums. La majorité des ristournes étaient bien plus faibles, à tel point qu’aucune des catégories regardées n’a dépassé les 9 % de rabais en moyenne.

 

Conclusion

L’étude de l’Observatoire de la consommation de l’UFC-Que Choisir montre que le Black Friday 2018 est loin d’avoir apporté la vague de promotions et d’affaires « exceptionnelles » que nous promettaient les marchands et que, pour attirer les clients, les enseignes comptent plus sur la communication et le marketing que sur les vrais rabais. Elles auraient tort de se priver : la législation sur les prix de référence est tellement souple qu’elles ont la possibilité de jouer quasiment comme bon leur semble sur les prix de référence pour afficher des rabais les plus élevés possibles. Et il n’y a aucune raison pour que l’édition 2019 échappe à cette règle. La situation pourrait néanmoins évoluer à plus long terme. Une directive européenne visant à mieux encadrer les prix de référence vient en effet d’être adoptée. Poussée par les associations de consommateurs dont l’UFC-Que Choisir, elle devrait entrer en vigueur d’ici deux ans.

Grégory Caret

Observatoire de la consommation

gregorycaret